Bonne Journée internationale des femmes – 8 mars 2018

À l’occasion de la Journée internationale des femmes 2018, l’ICIRD se penche sur quelques-unes des opportunités importantes qu’il a eues récemment de contribuer à l’avancement de l’égalité hommes-femmes au Canada et à l’étranger.

Notre réflexion porte tout d’abord sur la reconnaissance en tout respect de femmes comme La Flaca qui dépendent des écosystèmes fragiles et qui nous inspirent, et au cœur de notre approche, sur l’avancement de l’égalité hommes-femmes dans la gouvernance des ressources naturelles.

Dans la région de Chocó, en Colombie, les rivières, les forêts et la culture locale sont intrinsèquement connectées. Le fleuve Atrato (Río Atrato) sillonne les versants de la Cordillère occidentale et s’écoule vers le nord jusqu’au golfe de Darién, divisant ainsi la région de Chocó. En raison du développement non durable des ressources le long de l’Atrato et de ses affluents, la gravité de la contamination a commencé à affecter la santé de l’écosystème et celle des communautés fluviales adjacentes. En 2017, l’Atrato a retenu l’attention des autorités judiciaires supérieures, et des droits bioculturels ont été accordés en reconnaissance de ce que le fleuve apporte à la vie humaine. Ces droits uniques intègrent dorénavant la protection, la conservation, l’entretien et la restauration du fleuve. À cet endroit, la relation directe et étroite entre la biodiversité et la culture est manifeste.

La Flaca effectue de l’orpaillage à sa mine située dans la région de Chocó, en Colombie.

La région de Chocó abrite principalement des communautés afro-colombiennes et autochtones qui ont des liens culturels profonds avec l’écologie, le paysage et la biodiversité de la région. C’est à cet endroit que l’équipe de projet de l’ICIRD a rencontré La Flaca  pour la première fois. Elle est la seule femme propriétaire d’une mine dans la région et son titre comme tel n’est pas un mince exploit pour affronter les causes profondes de la marginalisation économique et de l’exclusion des femmes dans la chaîne de valeur du secteur minier aurifère artisanal et à petite échelle.

À la suite du conflit qui dure depuis des décennies en Colombie, les communautés tributaires de la production aurifère artisanale sont devenues vulnérables par rapport aux acteurs armés désireux d’exploiter leurs ressources minérales de grande valeur et de financer l’effort de guerre. L’officialisation du secteur minier artisanal dans la région de Chocó présente la possibilité de non seulement réduire la pauvreté rurale et préserver les ressources environnementales, mais aussi de faire participer les populations historiquement marginalisées dans la reconstruction après le conflit. Cependant, la dynamique de pouvoir profondément inégale et genrée signifie que les femmes sont généralement dirigées vers des emplois peu rémunérés, précaires et dangereux dans la chaîne de valeur de l’or artisanal. Renverser ces tendances grâce à une perspicacité et une persévérance financières prudentes rend la position sociale de La Flaca encore plus impressionnante le long du fleuve Atrato, où les femmes sont confrontées à une discrimination économique.

En Colombie, nous travaillons avec des femmes comme La Flaca pour soutenir l’entrepreneuriat féminin et l’accès à des emplois décents et durables pour réduire la pauvreté, tout en préservant les ressources naturelles. En collaboration avec les institutions gouvernementales nationales, les autorités locales et les dirigeants des FARC, le travail de l’ICIRD en Colombie vise à résoudre les enjeux qui entravent l’officialisation et la viabilité à long terme du secteur pour les mineurs et les populations vulnérables, en particulier les femmes afro-colombiennes dans la région de Chocó.

La Flaca, comme beaucoup d’autres dirigeantes que nous rencontrons, représente une force qui catalyse le changement dans sa propre communauté, tout en servant d’exemple de ce que les femmes peuvent accomplir quand elles sont habilitées à prospérer. Le privilège de partager son histoire et de s’appuyer sur son exemple pour inspirer les changements au niveau local et mondial est l’un des nombreux facteurs qui motivent notre équipe à continuer de travailler pour faire progresser l’égalité hommes-femmes dans la gouvernance des ressources naturelles.

Des femmes comme La Flaca sont également représentées dans la nouvelle Politique d’aide internationale féministe du Canada.

Plus tôt ce mois-ci, nous avons été invités à fournir une rétroaction sur le cadre politique préliminaire qui sous-tend la Politique d’aide internationale féministe. Nous félicitons Affaires mondiales Canada pour ce cadre préliminaire diligent et de grande portée, qui présente l’énorme potentiel d’améliorer la vie de millions de femmes.

Or trouvé à la mine de La Flaca, dans la région de Chocó, en Colombie.

Selon l’ICIRD, l’accent que le cadre préliminaire met sur les femmes en tant qu’agentes de transformation est excellent. Notre travail dans les communautés tributaires des ressources naturelles cible les femmes et les filles par rapport à ce qui les outille le mieux pour agir en tant que gestionnaires environnementales efficaces et autonomes, décideuses en matière de gouvernance des ressources et contributrices productives aux économies axées sur les ressources. Nous avons également accueilli favorablement l’accent que le cadre préliminaire met sur les partenariats efficaces, en particulier dans les zones fragiles et touchées par le conflit, ainsi que la reconnaissance selon laquelle une plus grande inclusion politique est essentielle pour l’autonomisation économique des femmes. Conformément à cette approche, la plupart des travaux de l’ICIRD visant à améliorer les résultats sociaux et environnementaux dans les collectivités tributaires des ressources naturelles comprennent un volet de gouvernance. Parmi les exemples d’interventions politiques que nous avons utilisées avec succès figurent les comités de suivi participatif sur l’environnement, les cercles de leadership pour les femmes et les initiatives d’intégration des genres dans les ministères centrés sur les ressources (ministère des Mines, ministère de l’Environnement).

Dans le cadre de la consultation sur la Politique d’aide internationale féministe, nous avons également préconisé le renforcement du cadre préliminaire en ce qui concerne la reconnaissance des besoins, de la vulnérabilité et de l’urgence d’accorder une attention particulière à la promotion des droits des femmes autochtones. Les femmes autochtones ont des rôles sociaux uniques et disposent de systèmes de connaissances traditionnelles quant aux structures sociales et à la gérance de l’environnement. La capacité de l’ICIRD à agir comme catalyseur efficace d’aide au développement dépend de la reconnaissance sincère et profonde de ce rôle et de cette expertise, ainsi que de sa valeur dans l’avancement de l’égalité hommes-femmes.

L’ICIRD croit que le plaidoyer politique est une voie importante par laquelle les besoins microéconomiques et les aspirations des femmes et des filles qui vivent dans les communautés tributaires des ressources naturelles sont transmis aux personnes en position de pouvoir et d’influence. À cet effet, l’engagement politique fait partie de notre responsabilité visant à observer, exprimer et influencer le changement en partenariat avec les populations vulnérables et marginalisées dans les communautés tributaires des ressources naturelles.

Abonnez-vous à notre newsletter
restez connecté
S'abonner
Droits d'auteur © - CIRDI